EXTRAIT KBIS sur Internet
Site indépendant des administrations

Nos conseils pratiques à la création d’entreprise

Se lancer dans la création d’une entreprise est une aventure exaltante. Créer sa boite et devenir son propre patron est un rêve pour beaucoup de salariés. Mais sans accompagnement, le jeune créateur peut se retrouver devant une multitude de choix qu’il ne comprend pas très bien. Devez-vous immatriculer votre société en micro-entreprise, avec le statut d’auto-entrepreneur, en EURL ou EIRL ? De l’importance d’un bon business plan au choix du statut juridique, nous vous expliquons où trouver des conseils pour la création de votre entreprise et être accompagné dans toutes les étapes de votre projet entrepreneurial.
 

Nos conseils pour une création d’entreprise réussie

Avoir une idée ou un projet, c’est bien. Savoir l’expliquer et susciter l'adhérence, c’est encore mieux. Un projet de reprise ou de création d’entreprise partira toujours sur de meilleures bases si les mots justes sont trouvés pour expliquer le besoin auquel elle répond. Dans cette optique, il est indispensable de préparer un bon dossier qui répondra aux questions d’un futur partenaire, d’un banquier (pour obtenir un prêt), d’un investisseur ou d’un client potentiel.

Afin de mettre des mots sur votre idée, vous pouvez faire appel à des professionnels qui ont l’habitude de ce genre de situation.

Qu’il s’agisse d’une création ou d’une reprise, des organismes peuvent vous aider et vous donner des conseils pour la création d’entreprise. La Chambre de Commerce et d’Industrie propose beaucoup de solutions dans ce domaine. Certaines se présentent sous forme de test ou de questionnaire sur le site internet de la CCI. L’objectif de ces tests est de cerner votre personnalité et vous orienter sur les points que vous devriez travailler pour anticiper les problèmes et devenir un chef d’entreprise complet et autonome. Précisons que toutes les chambres consulaires vous apportent un soutien essentiel, qu’il s’agit de la CCI, de la CMA (Chambre de Métiers et de l’Artisanat) ou de la Chambre de l’Agriculture.

Une solution plus complète concernant l’aide à la création d’entreprise est une formation d’une semaine appelée “5 jours pour entreprendre”. Elle est animée par les conseillers du CCI et des intervenants externes, experts professionnels reconnus dans le domaine juridique, financier ou marketing. Le but de cette formation est de vous faire acquérir la connaissance nécessaire à la création et à la modélisation de votre projet (choisir un statut juridique, réaliser une étude de marché, faire un bilan prévisionnel, faire un plan marketing, gérer la trésorerie, rechercher un financement, constituer un fond de roulement, choisir le régime fiscal et social). Un certificat de compétence reconnu par l’État vous est délivré à l’issue du stage. Cette formation est payante, mais une prise en charge est possible en fonction de votre situation. Si vous désirez vous installer en tant qu’artisan, il est important de signaler qu’elle peut vous dispenser de suivre le stage de préparation à l’installation prévue par la loi.

Une autre source d’informations très complète sur l’aide à la création d’entreprise est l’Agence France Entrepreneurs (AFE). Créée en 2015 sur l’ordre du président de la République, elle a pour mission de renforcer et de mieux coordonner l’action nationale et locale en faveur de l'entrepreneuriat en aidant les porteurs de projets à concrétiser leurs ambitions. L’agence propose d’informer et d’orienter les entrepreneurs vers un réseau de professionnels en fonction de leurs situations.

Il est également possible de se préparer et de lancer son activité en incubateur, couveuse ou pépinière d’entreprise. Cet espace, dédié aux jeunes créateurs, a pour but de leur apporter une structure et un accompagnement à un tarif très avantageux. Les services proposés sont variés. Cela va de la mise à disposition de bureau, de la mutualisation de salle de réunion et d'accueil, au conseil pour la création d’entreprise, au conseil juridique et à la formation. Accéder à ce dispositif est une chance pour les jeunes entrepreneurs, mais il est assujetti à l'approbation d’un comité composé d’experts en création d’entreprise ainsi que de chefs d’entreprise établis et reconnus. Ils auront pour tâche d’étudier votre dossier et d’en évaluer la pertinence, la faisabilité, l’équilibre financier et la qualité de votre plan d’affaires.
 

L’aide à la création d’entreprise pour les demandeurs d’emploi

Si vous êtes actuellement demandeur d’emploi, sachez que Pôle emploi organise régulièrement des ateliers (Activ’Créa) permettant aux chômeurs, s'interrogeant ou désirant des conseils sur un projet de création ou de reprise d’entreprise, de se poser les premières bonnes questions concernant leur motivation personnelle et le réalisme de leurs projets. Suite à la validation de ces paramètres, un accompagnement personnalisé pouvant aller jusqu’à 3 mois se met en place pour consolider l’émergence de l’idée et entamer les premières démarches.

Une aide financière a également été mise en place pour aider les demandeurs d’emploi : l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise). Cette aide à la création d’entreprise consiste en une exonération totale ou partielle des charges sociales pendant les 12 premiers mois d’activité. Elle était soumise à certaines conditions et était à demander au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) compétent. A compter du 1er janvier 2019, elle est devenue ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) et est à présent disponible à tous les entrepreneurs créant ou reprenant une entreprise, à condition que ces derniers n’aient pas bénéficié de l’ACCRE au cours des trois dernières années.
 

Construisez l’entreprise qui vous ressemble

Souvenez-vous que la création de son entreprise est avant tout une aventure humaine. Il s’agit de votre projet. Même en réunissant le plus de conseils possibles pour la création de votre entreprise, ce que vous en ferez ne dépendra que de vous. Bien qu’il n’y ait aucune recette miracle garantissant le succès de votre projet, les statistiques montrent que les entreprises qui ont été accompagnées ont un meilleur taux de réussite que les autres. Se faire aider par votre CFE pour les formalités à accomplir ne doit pas être considéré comme un aveu d’échec, mais plutôt comme une chance de pouvoir échanger avec des personnes qui sont passées par les mêmes phases que vous. Il ne faut surtout pas rester seul avec vos questions. Participez à des réunions d’information, à des salons professionnels, obtenez toute l’aide possible afin d’identifier les étapes clés et ainsi mettre toutes les chances de votre côté.

Une étude montre que 85 % des chefs d’entreprise sont heureux de l’être et ne changeraient pour rien au monde, alors pourquoi pas vous ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.